Château de la Messardière

Hôtel 5* à Saint-Tropez

Le Château de la Messardière : un palace ultra-luxe sans ostentation

Serti au cœur d’un parc de dix hectares admirablement paysagé, distingué Palace depuis 2012, le Château de la Messardière n’en finit plus de célébrer le nec plus ultra du luxe de la quiétude et du service. Du sommet de sa colline cernée de pins parasols, cet écrin de raffinement d’inspiration italo-provençale domine en majesté le golfe de Saint-Tropez. La ville éponyme à l’outrance tapageuse trouve ici son yan apaisé : une élégance sans esbroufe, toute en douceur. Chaque hôte des 60 chambres et des 57 suites ouatées a sa terrasse en pleine nature ou un jardin rien qu’à lui. Préservé, on s’y prélasse en toute intimité avant d’aller nager et jouir de la jolie plage Tropézina, juste à deux pas. Sur le sable doré, son restaurant accueille les clients de l’hôtel avec un soin tout particulier. Au fil de ses 35 ans d’existence hôtelière, le temps semble avoir anobli sa beauté un rien intemporelle bercée comme jadis par les champs des cigales et les effluves de lavande.

Château de la Messardière

Une histoire singulière
Avec ses quatre tours pointues, la demeure ressemble à un château de conte de fée. Édifié au XIXee siècle, elle a été offerte en cadeau de mariage à Henri Brisson de la Messardière. Un château plein d’amour couronné de sept enfants que la mort brutale de son propriétaire dû contraindre la jeune veuve musicienne à transformer en maison d’hôtes. L’insouciance des années folles ont alors rempli les salons de vie, d’artistes et de fêtes, jusqu’à ce qu’une mauvaise gestion entraîne le déclin.

Minutieusement restaurée il y a 25 ans, le Château de la Messardière a su conserver l’esprit de ce lieu extraordinaire, un lieu de bonheur puisé à la source même de son histoire et de ses racines provençales. Tourelles et coupoles, voûtes et colonnades, teintes ocrées, marbre de Carrare, terre cuite, statues Art Déco, tapis d’orient, volutes de fer forgé, bar anglais… L’alliance des styles à la fois kitsch et contemporain crée un décor élégamment feutrée d’un chic fou ! Les œuvres de Victoire de la Messardière ornent murs et salons. L’art est partout présent dans ce cinq étoiles sans faux semblant où de nombreux artistes sont invités à exposer. Cette année, au travers d’œuvres célébrant la Provence, la mer et Saint-Tropez, un hommage est rendu à Bernard Buffet.

Château de la Messardière

Pour conserver l’aspect historique et satisfaire en même temps au statut de Palace, beaucoup d’investissements sont réalisés chaque année. Après une rénovation totale en 1990 par Gérald Hardy, son emblématique directeur de l’époque (précurseur et défenseur de l’écologie hôtelière avant la lettre), l’intégralité des chambres et suites ont été rénovées deux fois déjà. Le parc quand à lui, depuis classé, possède des oliviers centenaires. Le personnel en plante régulièrement d’autres et ainsi La Messardière fabrique sa propre huile d’olive servie en restauration ou offerte aux clients. Des ruches sont installées dans le fond du parc pour fournir du miel deux fois l’an. Un parc merveilleusement beau et reposant qui offre sur fond de mer azurée les plus belles vues sur le golfe, les plages de Pampelonne ou les vignes de Ramatuelle. A seulement trois minutes de l’agitation tonitruante de Saint Tropez, le temps y semble suspendu ! Deux cygnes blancs glissent sur les eaux obscures de la « grande mare ». Des sculptures hiératiques balisent le dédale de sentiers ensoleillés. A coup d’ajoncs, de lavande, de massifs de cistes odorants, la flore mais aussi la faune méditerranéenne s’y déploient en majesté Une charte environnementale y veille ! Passionné d’art, Alexandre Durand-Viel, l’actuel directeur a imaginé un parcours de sculptures et pour les enfants un « Royaume des Princes et Princesses » :côtoyer le ciel sur les balançoires, tester le parcours de plots et de toboggans ou rêver dans la mignonne maison de bois d’ Hansel&Gretel.

Château de la Messardière

La piscine (28 degrés toute la saison) avec ses fresques de mosaïque se confond avec la mer. Elle trône telle un immense miroir flanqué de canapés et d’épais matelas et … d’un chariot de cornets de glace du Maître Pâtissier niçois Néron, glacier-pâtissier. Tout près le restaurant « À Ciel Ouvert » sert sur la large terrasse une cuisine légère, en toute décontraction : poissons et viandes grillées du jour, suggestions du chef, accompagnements…

Château de la Messardière

Au dîner, rendez-vous au restaurant gastronomique au décor plus contemporain : l’élégant « Acacia » qui s’est refait une beauté pour cette saison et a vu l’arrivée d’un nouveau Chef. Jean-Michel Le Béon, breton d’origine mais provençal de cœur, a repris la direction des deux restaurants. Il renouvelle une cuisine largement inspirée de la Méditerranée aux saveurs de Provence et d’Italie panachée d’une touche asiatique. Formé à l’école hôtelière de Nice, il a enrichi son expérience au Château de Taulane à la Martre, à La Villa Mauresque à Saint-Raphaël ou encore Chez Bruno à Lorgues où il a appris à concocter les truffes. Il en a gardé une prédilection pour les circuits courts, les produits frais et le respect des matières premières, C’est donc tout naturellement qu’il aime tisser des liens avec ses propres fournisseurs. Sa carte décline des plats de la tradition sudiste exécuté avec cuissons minutes et assaisonnements soigneusement maîtrisés. Le soir, il privilégie les produits de la pêche du jour : loup cuit sur peau, saint-pierre juste nacré… Il propose également du veau fermier, de l’agneau du Mont-Ventoux, du pigeon en deux versions, du taureau de Camargue AOP ou encore des truffes de Carpentras pour ne citer que quelques plats. Son menu végétalien s’avère plein de diversités, de saveurs et de couleurs, un plus pour Saint-Tropez Tourisme qui ambitionne de faire de l’agglomération la première destination veg’ de France ! A midi, place à la « fraîcheur de tourteaux », « tagliata de bœuf » ou « risotto al verde au parmesan végétal » et aux grillades minutes. Alexia Fresia, une pure ramatuelloise, officie en pâtisserie. Elle revisite avec finesse les grands classiques au travers d’une carte de douceurs de saison : « les fraises en fine coque meringuée » ou « la rhubarbe pochée et crue ». Il y a bien sûr les incontournables : la « tarte soufflée chocolat Manjari », le « Paris/Saint-Tropez, croustillant chocolat au lait noisette » ou la divine « Pavlova aux fruits de saison ». Encore un moment tout en douceur !

Destination bien-être à part entière, le Spa de 465 m² prodiguant les soins Valmont et Cinq Mondes est entièrement dédié à la beauté haut de gamme sous le signe du bien-être total. Avant ou après cette pause à l’abri du monde, on profite de la piscine intérieure ou du hammam.

Marie José Colombani
Photos Philippe Vidoni


Noter & rédiger un avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Route de Tahiti 2
Saint-Tropez 83990 PACA FR
Obtenir la direction
Restaurant :
Lun-Dim : 19:30-22:00

Cuisine :
Française, Méditerranéenne, Européenne, Végétariens bienvenus
Prix moyens (menu) :
80€ - 135€

Prix moyens (chambre) :
526€ - 1457€ (Selon les tarifs moyens d'une chambre standard)